baroque dons bérénice agenda fables
Compagnie Oghma
charles di meglio
Fils du Périgord noir, Charles passe une partie de son enfance en Extrême-Orient, où il voit et dévore du théâtre pour la première fois et sous toutes ses formes: Kunqu chinois, théâtres balinais, Nô japonais. Charles se tourne rapidement vers la mise en scène et fonde la Compagnie Oghma qui présente en 2006 sa mise en scène de Salomé d’Oscar Wilde. Sa rencontre avec la musique et le théâtre baroques est décisive et il en approfondit la connaissance, auprès d’Eugène Green et d’Opera Atelier avec Marshall Pynkoski et Jeannette Lajeunesse-Zingg. Il est régulièrement invité à retravailler avec Opera Atelier pour ses productions d’opéras français comme assistant du metteur en scène et du chef d’orchestre: Iphigénie en Tauride de Christoph. Gluck (Toronto, 2009), Armide de Jean-Baptiste Lully (Toronto, Opéra Royal de Versailles, Glimmerglass festival, 2012-2015), Persée de Lully (Toronto, Opéra Royal de Versailles, 2014), Orphée et Eurydice de Gluck (Toronto, 2015) et Médée de Marc-Antoine Charpentier (Toronto, Opéra Royal de Versailles, 2017).
Passionné par les langues, leur évolution et leurs musiques propres, il traduit régulièrement, pour ses propres spectacles ou ceux des autres, des textes élisabethains ou baroques. Ce travail lui vaut d’intervenir à l’Université Paul Valéry de Montpellier, pour présenter ses recherches autour des textes d’Elizabeth Première d’Angleterre. Egalement photographe il signe en 2008 un moyen-métrage de fiction, Les Anges distraits tourné avec de jeunes acteurs non-professionnels dans un lycée parisien, puis, Lord Arthur Savile’s Crime en 2011, film muet aux cartons en anglais. En dehors de ses intenses activités avec la Compagnie, il intervient à l’Université de Grenoble, déclame sous la direction de Nicolas Andlauer L’Odyssée d’Homère traduite par Anne Dacier dans Les Avantures d’Ulisse, créées en 2009 et reprises trois saisons de suite en tournée. Avec la Lumineuse, il participe en 2015 à la création de L'Homme-confiance, dirigée par Florence Beillacou, d’après Herman Melville et récemment dans un travail dirigé par Marceau Deschamps-Ségura inspiré de l'Impromptu de Versailles de Molière. Il a également tenu le rôle de Satan dans le film de Xavier Leroux La Passion de Valenciennes et a collaboré avec Abel Llavall-Ubach pour son film court, Charles. Il participe à un groupe de recherche avec l’Université Paris III sur les formes fixes dans le théâtre du Moyen-âge et de la Renaissance. En tant que costumier, il a restitué ceux de la Passion de Valenciennes dans le film de Xavier Leroux et créé ceux du premier spectacle de David Suzanne sur l'épopée millénaire de Gilgamesh.
Directeur artistique de la Compagnie, il est le metteur en scène de la plupart de nos productions et, depuis Léandre et Héro, en imagine et réalise tous les costumes. L'Oghmac, créé en 2015 est également l'œuvre de sa volonté de rendre le théâtre accessible là où il n'a pas lieu, croyant fermement un théâtre populaire possible avec le théâtre baroque. La formation revêtant à ses yeux une importance cruciale dans son travail de comédien et de metteur en scène, il aime former lui-même ses comédiens au baroque. Il rencontre souvent des élèves du collège et du lycée pour les amener à la découverte de cette forme rare, a animé un stage autour de Phèdre de Racine à Lille à l’automne 2016, un autour de Jodelet, ou le Maître valet de Paul Scarron à l'hiver 2019 et en prépare un pour l'hiver 2020. Il continue enfin lui-même à se former, en faisant ses recherches sur le théâre baroque, et auprès de grands maîtres extrême-orientaux de Nôgaku ou de Kunqu.
L'Oghmac
contact